Les humains sont des êtres sociaux. Souvent, nous préférons avoir de la compagnie. Nous aimons partager nos expériences avec les autres.

Dans des situations précises, cependant, il est agréable de profiter seul de certaines expériences. Si l’idée d’un sentier vide à parcourir vous attire, alors la randonnée en solo pourrait être ce que vous recherchez.

Décider de faire une randonnée en solitaire ou non, c’est votre décision. Que vous pratiquiez ce sport seul, avec quelques amis ou avec un grand groupe, il y a des conséquences potentielles auxquelles vous devez être prêt à faire face.

Les avantages de la randonnée en solitaire

Être seul sur un sentier peut être gratifiant à bien des égards.

La santé spirituelle

La solitude donne du temps pour l’auto-réflexion, pour s’examiner. Cela permet de se relaxer loin de la ville et de son quotidien. C’est une chance pour méditer, contempler, ou simplement se détendre sur plusieurs kilomètres.

Les compétences de plein air

Lorsque l’on fait partie d’un groupe, il est facile de compter sur les compétences des autres pour trouver son chemin, cuisiner ses aliments, assurer sa sécurité… Et prendre les décisions difficile. La randonnée en solitaire repose sur vos propres compétences et connaissances. Il est essentiel de s’assurer que vous possédez les compétences nécessaires avant de vous lancer en solo.

Aller à son rythme

Un groupe ne peut se déplacer qu’aussi vite que son membre le plus lent. Cela signifie que tout le monde va plus vite ou plus lentement qu’il ne voudrait. Un randonneur solitaire se déplace aussi vite (ou lentement) qu’il le désire. Il peut modifier son rythme quand il le souhaite.

La flexibilité

Vous pouvez modifier votre rythme, votre emplacement de camping, votre itinéraire, vos pauses… Tout ce qui a trait à la randonnée ! Lorsque vous modifiez considérablement votre itinéraire, il est important d’informer quelqu’un de vos nouveaux plans – juste au cas où.

Le défi

Poussez vous à marcher plus vite, plus loin, ou plus longtemps que d’habitude. Accumulez des kilomètres sur des sentiers plus difficiles, des conditions météorologiques inconfortables, ou des environnements difficiles.

Ecouter ses craintes

Beaucoup d’entre nous ont des craintes ont peu de fondement. Que vous ayez peur des animaux sauvages, des hauteurs, de l’obscurité, des tempêtes… Ou même d’être seul, un randonnée en solo peut vous aider à surmonter ces peurs.

Passer du temps dans la nature

Randonner avec un groupe baisse vos chances de profiter d’une faune authentique. Le bruit, l’odeur, l’invasion générale feront fuir presque tous les animaux. Une randonnée solitaire au petit matin vous permettra de voir bien plein plus d’espèces animales.

En groupe, vous n’aurez pas le temps de vous arrêter pour regarder les fleurs, les papillons, les chutes d’eau, les nuages, les feuilles… Seul, vous passez votre temps comme bon vous semble.

La responsabilité

Le randonneur solitaire peut dire « Je l’ai fait tout seul » à la fin. La responsabilité et la réussite de l’aventure est entièrement la sienne. Tout comme la fierté de l’achèvement. En cours de route, la responsabilité de minimiser l’impact, de rester sur le bon sentier, de rester en sécurité, d’être autosuffisant… Cela n’incombe qu’à vous-même !