Souvent redoutée par les pianistes débutants et les musiciens qui ont toujours été habitués à jouer à l’oreille, la lecture d’une partition n’est pourtant pas aussi compliquée qu’elle en a l’air. Une partition de piano se compose de plusieurs éléments, qui une fois que l’on en connait la signification, deviennent un ensemble cohérent. Voyons quels sont les principaux éléments composant une partition de piano.

La portée : un ensemble de lignes

Lorsque vous observez une partition, vous constatez immédiatement qu’elle comporte des ensembles de 5 lignes sur toute la page. Ce sont sur ces lignes que l’on va écrire et lire la musique. Les notes et les silences seront écrits sur les lignes ou dans les interlignes. Dans une partition classique, les portées vont souvent de pair, réunies par une accolade.  Au piano on joue généralement les portées deux par deux, car il y en a une pour la main droite (la portée supérieure) et l’autre pour la main gauche.

ssss

Les clés : identifier les notes de musique

Au début de chaque portée se trouve une clé. Au piano on trouvera soit la clé de sol, soit la clé de fa. Ce sont ces clés qui vont déterminer les notes. En clé de fa, les notes n’auront pas la même place sur la portée qu’en clé de sol. La clé de sol va déterminer la position du sol majeur (2e ligne en partant du bas) d’où vont découler toutes les autres notes. Ainsi on trouvera dans le 2e interligne en partant du pas le « la », sur la 3e ligne le « si », dans la 3e interligne le « do », et ainsi de suite. Il en sera de même pour la clé de fa sauf que le fa majeur se trouvera sur la 4e ligne en partant du bas.

ssssssss

Le chiffrage : le rythme et les mesures

Après la clé, on trouve 2 chiffres superposés de type 4/4, ¾, 6/8, etc. Il s’agit d’une indication de rythme. Par exemple, 4/4 signifie qu’il y aura 4 temps par mesure. Les mesures sont délimitées par des barres perpendiculaires à la portée. Sachant qu’une noire correspond à 1 temps, il pourra y avoir 4 noires par mesure par exemple.

 

Les altérations : dièses et bémol

En début de portée se trouvent également les dièses (#) et les bémols (b). Ces altérations se trouvent sur la ligne de la note à laquelle ils correspondent et correspondent aux touches noires du piano. Un dièse augmente une note d’un demi-ton et un bémol la baisse d’un demi-ton également.

La valeur des notes et des silences

La valeur des notes, c’est le temps que l’on va maintenir la touche du piano appuyée. Pour cela il faut apprendre la valeur de chaque note, qui sera différente selon le tempo (les temps seront plus ou moins rapides) et selon le rythme, binaire ou ternaire. À ces valeurs de notes correspondent les valeurs des silences qui sont des temps de pause. Au début, on se focalisera davantage sur les rythmes binaires, plus faciles. En binaire nous avons donc :

  • La ronde et la pause : 4 temps
  • La blanche et la demi-pause : 2 temps
  • La noire et le soupir : 1 temps
  • La croche et le demi-soupir : ½ temps
  • La double croche et le quart de soupir : ½ temps

Les nuances, des symboles et des lettres

Lorsque vous lisez une partition, il y a également d’autres indications sous forme de lettres ou de signes crescendo/decrescendo qui se situent sous chaque portée. Ces indications sont les nuances qui vont permettre de donner du relief à votre jeu.

  • FF : Fortissimo (très fort)
  • F : Forte (fort)
  • MF : Mezzo Forte (moyennement fort)
  • MP : Mezzo Piano (moyennement faible)
  • P : Piano (faible)
  • PP : Pianissimo (très faible)

Vous avez toutes les clés en main pour déchiffrer votre première partition de piano. Pour aller plus loin, n’hésitez pas à faire appel à un professeur particulier de solfège ou de piano !