Travailler en musique peut effectivement être une bonne idée, tout dépendant évidemment du type de travail à effectuer. Tant qu’il n’y a pas besoin de prendre connaissance ou de manipuler des textes, d’être en interaction avec des personnes, il peut être bénéfique de travailler en musique. A partir du moment où le travail s’avère un tant soit peu répétitif et ne nécessite pas d’être particulièrement concentré, s’entend. La musique devient alors stimulante et permet de moins ressentir la fatigue.

Ce n’est pas très dur de comprendre pourquoi on aime écouter de la musique pendant les heures de travail : c’est agréable, ça donne de l’énergie et dans certains cas, cela masque un arrière-fond bruyant. Et puisque untel écoute du métal alors qu’un autre préfère les sonates de Bach, beaucoup de travailleurs ont recours à des oreillettes ou à un casque.

La musique stimule plusieurs zones du cerveau

Car la musique a des effets différents selon la tâche à effectuer. D’autres études ont montré que les sons stimulaient certaines zones de notre cerveau au-delà du cortex auditif par lequel la musique arrive en ligne direct. Ces zones varient, selon l’intensité de la musique, si elle est familière ou pas, si elle est gaie ou triste mais aussi si elle est instrumentale ou avec des paroles.
D’après une autre étude, écouter des mélodies favoriserait aussi la diffusion de dopamine. Ce neurotransmetteur agirait sur notre capacité à nous concentrer sur l’instant présent et à penser différemment.

Pour une ambiance plus détendue au bureau

Parmi les nombreuses vertus qu’on lui attribue, il n’est plus à démontrer que la musique à le pouvoir de détendre et d’instaurer une certaine bonne humeur. Pour fédérer les employés partageant les mêmes locaux, on débranche ses écouteurs et on partage ses chansons favorites. Le bon sens et la tolérance de chacun instaure rapidement quelques règles en matière de musique au bureau. Le volume doit être réglé de manière à ce que le son ne couvre pas les conversations ou la sonnerie du téléphone, par exemple. De la même manière, on évitera d’écouter un album de death metal à plein volume si un membre de l’équipe est en rendez-vous professionnel dans la pièce voisine.
L’idéal est d’instaurer des moments de détente, en début ou en fin de journée, pour commencer ou terminer le travail dans un climat de bonne humeur et renforcer les liens humains.

Quelle musique privilégier au bureau ?

En effet, selon les sensibilités et l’humeur de chacun, chaque morceau ne sera pas apprécié de la même manière par tous les employés. L’idéal est donc d’éviter toute compilation diffusée en boucle dans les locaux de l’entreprise car le salarié ne peut en contrôler ni le volume, ni la programmation. Ce mode de diffusion a donc tendance à favoriser l’énervement et pourrait instaurer une certaine lassitude. Mieux vaut introduire de la diversité et laisser place au libre arbitre ; chacun pouvant ainsi décider du programme avec l’accord de ses collègues bien entendu.
Si la musique classique est supposée favoriser la concentration et le jazz est réputé pour instaurer une ambiance détendue, les goûts de chacun décideront du contenu de la playlist et il faudra faire quelques concessions pour contenter tout le monde.